03 44 31 10 05 / 07 86 23 31 78 --- 2 rue de l'Argilière 60 300 SENLIS gallier.avocat@gmail.com

Un homme en rase campagne tirant derrière lui une valise. Où va-t-il ? Au tribunal. Une image explicite pour expliquer les conséquences de la suppression du tribunal de Senlis. Un tribunal de proximité menacé par la réforme de la carte judiciaire. Mardi 6 mars, une quinzaine d’avocats, vêtus de leur robe, se tenaient sur le marché de Senlis afin d’aller à la rencontre de la population. Surpris, les badauds venaient spontanément vers eux. «  Nous nous sommes rendus compte en discutant avec nos clients, qu’ils n’étaient absolument pas au courant de cette réforme, explique Me Stéphanie Pacaud. Et encore moins des conséquences sur les justiciables. Aujourd’hui, il faut un mois au tribunal de Senlis pour répondre à une requête concernant une pension alimentaire. Demain, si le tribunal disparaît, le justiciable devra faire 100 km jusqu’au tribunal de Beauvais et attendre huit mois pour obtenir une réponse.  »

Une pétition en ligne

Autre conséquence, celui du traitement de la délinquance. Le bassin Creillois compte 300 000 habitants. Les réponses au traitement de la délinquance risquent de se faire attendre également, selon les avocats.

L’activité économique locale risque aussi d’en souffrir. Chaque midi, les restaurateurs voient affluer magistrats, avocats et autres acteurs de la justice. La fermeture du tribunal aura des conséquences sur le commerce et la possible délocalisation d’entreprises.

«  Nous ne sommes pas contre une réforme, souligne Me Jean-Christophe Bonino, bâtonnier de l’Odre des avocats de Senlis. Mais contre la suppression des tribunaux dans les départements

L’ordre a lancé une pétition sur sa page Facebook. Une page largement consultée dès son lancement. « C’est la conséquence de notre présence sur le marché de Senlis. Nous avons reçu un accueil très chaleureux, s’enthousiasme Me Pacaud. Nous sommes repartis reboostés. » Et prêts pour d’autres actions. Mercredi 14 mars, les femmes et les hommes en robe seront présents sur le marché de Crépy-en-Valois et à Chantilly le samedi suivant. D’autres mobilisations devraient suivre dans les prochaines semaines dans les villes de Pont-Sainte-Maxence et de Creil.

Article Courrier Picard 8.03.2018